Des poireaux font du sport !

Shrek et son Copain font le Swimrun S Côte d'Azur

31 Octobre 2017, 13:11pm

Publié par Tom et Flo

Le 29 octobre 2017 Beaulieu sur Mer recevait le Swimrun Côte d'Azur
100 binomes arrivés sur le M : 23 km (19km run + 4km swim)
93 binomes arrivés sur le S : 13,5 km (11km run + 2,5km swim)

Nous voici donc avec Flo, la veille de la course, a essayer notre matériel :
- ajustement de la longueur du tire-minette
- couper ou ne pas couper le bas de la combine ?
- utilisation et fixation du pull-boy
- flotteur ou pas de flotteur sur les chaussures ?

Bilan :
- Le tire minette est ajusté pour que Flo soit la plus proche possible pour bénéficier de mon "aspiration" (aussi lent et mince que je sois, je déplace quand même un peu d'eau) sans qu'elle ne tape dans mes chaussures.
- Bas de combine coupée pour moi, mais pas pour Flo.
- Pull-boy qui tient mais qui peux tourner (entre les jambes pour nager, à l'extérieur pour courir)
- Après demande à l'organisateur, nos flotteurs de chaussures sont acceptés, donc on les met.

Nos interrogations la veille de la course :
- Nous ne sommes pas de bons nageurs et nous nageons sans plaquette sur les mains. Nous irons moins vite que les autres dans l'eau mais à quel point ? Combien de temps perdrons nous à chaque nage ?
- Nous savons courir mais ça fait un moment que notre entrainement course à pieds est faible, surtout le mien... En deux mois, je n'ai couru que 10 km en tout... Vais-je tenir les 11km ? Ne vais-je pas trop ralentir Flo ? Réussirons nous à remonter des places à la course ?

Notre course se décompose en 7 courses et 6 nages :
Run1 :  1800m            Swim1 : 360m
  Run2 : 1550m            Swim2 : 450m
    Run3 : 600m             Swim3 : 270m
      Run4 : 3450m            Swim4 : 350m
        Run5 : 1400m            Swim5 : 300m
          Run6 : 1000m            Swim6 : 600m
            Run7 : 1200m

samedi

samedi

dimanche matin

dimanche matin

Dimanche matin :
On se lève, il fait chaud, très chaud pour un 29 octobre !! On se rend à pieds au départ vers 9h, je suis juste avec mon dossard 69, il fait trop chaud pour que je mette déjà le haut de ma combine !
Certains regardent nos chaussures, intrigués par nos mini-flotteurs et surtout par nos chaussures minimalistes.
 Après un petit échauffement, nous nous plaçons sur la ligne de départ plutôt devant car on commence par un Run.

9h30 le départ est donné :

Run1 : Nous partons vite !! L'avantage d'avoir Flo derrière c'est qu'elle suit quoiqu'il arrive. De toute façon elle est accrochée par le tire minette, qui ne sera que très rarement tendu !
Les données du GPS nous donne une vitesse moyenne de 14,9 km/h avec des marches à monter et descendre, et de 16,4 km/h sur le plat.
Nous remontons des places jusqu'à la mise à l'eau. Je double parfois en me demandant comment Flo va pouvoir passer derrière entre deux concurrents mais elle passe et ça m'amuse. Nous entrons 3ème dans l'eau (1er mixte).

Swim1 : Lunettes sur les yeux, Pull-boy entre les jambes et plouf ! Waouh !! C'est superbe, on voit le fond, les végétaux, les poissons et on avance !! Cette nage est très agréable. Evidemment, on se fait doubler, on le savait. Ce qui nous étonne c'est la vitesse à laquelle ils nous doublent. Ils semblent aller deux fois plus vite que nous... Pas grave, cette nage nous a bien plu. Nous avons nagé 360m en 7min selon le GPS, ce qui nous donne 3,1 km/h.

Ce n'est pas nous sur la photo

Ce n'est pas nous sur la photo

Copain

Copain

Shrek

Shrek

Run2 : L'envie de redoubler ceux qui nous ont déposé dans l'eau est bien là. Je me demande cependant combien de temps je pourrai courir à ce rythme avec des chaussures mouillées, une combine et un pull-boy. On remonte à nouveau, Flo me suit toujours sans problème, même quand je double par un trou de souris. On remarque alors le nombre impressionnant de binômes qui nous a doublé en seulement 360m de nage...
GPS : 13,9 km/h avec les marches, 15,1 km/h sur le plat

Swim2 : Lunettes, Pull-boy, Plouf ! C'est toujours très beau sous l'eau, on avance encore mais ça remue un peu plus. Puis ça me semble long... Heureusement je vois le fond défiler pendant que certains dauphins concurrents nous déposent.
GPS : 450m en 9min40 soit 2,8 km/h

Là c'est nous, on sort de l'eau !

Là c'est nous, on sort de l'eau !

Run3 : Ce run est très court. Nous ne rattrapons que peu de binômes. Il y a beaucoup de marches, je sens parfois le tire-minette se tendre quand je cours dans les marches. J'entends parfois Flo qui proteste un peu quand je cours sur le plat alors qu'elle est encore dans les marches. Hihihi faut bien rigoler un peu !
GPS : 12,5 km/h avec les marches, 14,9 km/h sur le plat

Swim3 : Mince on y est déjà ! Lunettes, Pull-boy, Plouf ! C'est court, mais il faut bien naviguer car on ne longe pas la côte cette fois-ci... On ne va pas en Corse mais on traverse une mini baie.
GPS : 270m en 4min50 soit 3,3 km/h (bizarre, courant favorable?)

Pas nous

Pas nous

Run4 : Ce run est long. C'est celui qui m'inquiétait un peu. Je pars donc sur un rythme un peu plus lent. Mais après 500m, Flo me dit : "On aura du mal à finir devant les numéros 15 !". Je lève les yeux, je vois une équipe mixte numéro 15, qui selon Flo nous double à chaque nage... Bon OK j'ai compris, on a 3 km pour prendre de l'avance, j'accélère et on les double à 16km/h. Je donne tout sur cette course qui ne fait que monter et descendre. On nous informe qu'on est 13ème. On double beaucoup, surtout que les concurrents du M sont également sur ce chemin. Un chemin en bord de mer qui serpente avec pas mal de cailloux et de très jolis paysages.
GPS : 12 km/h avec le dénivelé, 14,5 km/h sur le plat

Swim4 : Avant d'aller à l'eau Flo me gueule "Combine Tom !! COMBINE !!" . Je ne comprends pas, de quelle combine parle-t-elle ? "FERME TA COMBINE TOM !!!!!". Ah oui merde, on avait ouvert nos combines au début du Run4 comme prévu !
Combine, lunettes pleines de buée, Pull-boy et Plouf ! Mais là ce n'est plus la même chose. On est proche du récif, l'eau n'est pas calme et moi non plus !! Je commence à m'énerver. On est nombreux avec les M en plus des S. On se fait doubler, normal ! Mais ce n'est pas une raison pour venir me mettre des coups de plaquettes et me nager dessus, je galère déjà bien assez comme ça. Je me dis que ça doit être la même histoire pour Flo. Il y en a un que j'ai carrément repoussé. Il est d'ailleurs probable que ce soit plus moi qui ait été décalé...
La sortie de l'eau est compliquée avec les cailloux et le va et vient des vagues. Je sors, pressé d'en finir, je monte sur le muret mais avec le déséquilibre généré par la houle, je retombe sur les cailloux, la tête sur le pied d'une concurrente. Merci à elle et j'espère qu'elle n'a pas souffert de ce choc au pied.
Flo aide à ressortir papy Tom de l'eau ! Et c'est parti pour un Run5...
GPS : 350m en 8min soit 2,6km/h (pas terrible...)

Pas nous

Pas nous

C'est nous !

C'est nous !

Encore nous !

Encore nous !

Run5 : Je saigne d'une éraflure à la cuisse mais rien de grave. Mais plus important, nous sommes encore devant le binôme 15... Le dénivelé est encore présent, 50m pour 1,4km. Les jambes sont encore là. On doit prendre de l'avance avant la dernière nage, bien trop longue à notre goût...
GPS : 12,4 km/h, 15 km/h sur le plat

Swim5 : Lunettes pleines de buée (je crache dedans), Pull-boy et Plouf ! Cette nage se passe bien. On a l'impression d'avancer. On se fait doubler, évidemment, comme à chaque fois... Le binôme 15 nous double à la fin de cette nage !
GPS : 300m en 6min soit 3,0 km/h (mieux)

Pas nous

Pas nous

Run6 : On est juste derrière le binôme 15. Il reste deux runs et un swim. Mais ce sont des petites courses et une longue nage de 600m. Il faut reprendre un maximum de temps à pieds. On les double, je leur dis : "A toute à l'heure dans l'eau !". On parvient à maintenir un bon rythme sur cette course avec 30m de dénivelé sur 1km. On nous informe que nous sommes 8ème (premier mixte), mais les 7ème sont loin, on les distingue environ 1min devant nous. Nous sommes tellement seuls que l'on doute d'être sur le bon chemin, mais on retrouve une bénévole et la mer pour la dernière nage...
GPS : 13,5 km/h, 14,4 km/h sur le plat

Swim6 : On arrive au bord de l'eau sans savoir ou aller... Je gueule : "On va où?". La bénévole me répond "A gauche mais pas trop près il y a des cailloux!". On part donc à gauche mais je ne vois personne devant. J'ai quelques doutes mais je persiste. Heureusement un binôme sur le point de nous doubler faisait la même erreur que nous (ils nous suivaient certainement). Le gars m'interpelle, il a vu une bouée, il faut aller faire le tour... Nous dévions donc notre trajectoire pour aller chercher cette bouée. Je suppose que de manière involontaire, certains binômes ne sont jamais allés chercher cette bouée. Je n'en ai pas entendu parler au briefing... J'en ai en revanche entendu parler après la course.
Une fois la bouée passée, je tente de viser l'autre bouée bien trop loin. La houle m'empêche souvent de la voir, je galère pour naviguer en ligne droite. Le courant veux absolument que j'aille en Corse. Il y a une certaine profondeur donc je ne vois plus le fond (peut être aussi parce que j'ai craché dans mes lunettes !?). On a l'impression de ne plus avancer. J'ai l'impression qu'un requin a attrapé la jambe de Flo et qu'il tire en arrière. Lui aussi veut aller en Corse. Je nage depuis presque 2 heures pour rejoindre l'arrivée et tout le monde veut aller en Corse ! Je vois certains binômes nous doubler, mais ils sont plus proches de la côte et ils avancent. Ils sont surement trop loin pour sentir ce trou noir qui nous aspire !! Ce n'est pas possible..? Je me retourne pour voir si Flo est encore en vie ? Et oui, je vois même ses bras tenter de nager.
Enfin, on arrive à la bouée, on vise maintenant la plage. Un canoé est prêt de nous, il voit qu'on nage comme des singes, et espère comme nous que nous allons y arriver. Enfin je me lève, puis je tombe en glissant sur un caillou, sur l'autre jambe cette fois !
GPS : 600m (800m selon le GPS !!!?) en 16min soit 2,2km/h (minable...)

GPS : notre détour vers la bouée

GPS : notre détour vers la bouée

Run7 : La sortie de l'eau fait du bien. Une autre équipe est avec nous ! Le gars encourage son pote "Allez, Allez !" puis il voit Fo derrière moi et s'exclame "Oh laisse, c'est la fille qui court à 14km/h !"
Pour moi c'est dur, on ne voit personne devant. Difficile de trouver la motivation, les jambes (les miennes) sont très dures, j'ai peur de la crampe. On n'a bu qu'un gobelet d'eau à 3 ou 4 ravitaillements. Je vois que Flo veut aller plus vite alors je cours quand même mais mes jambes sont en bois... On remonte sur des concurrents mais ils semblent un peu loin et surtout ce ne sont pas des mixtes. On passe la ligne d'arrivée contents de nous (sauf de la dernière nage) sans savoir notre classement.
GPS : 14 km/h, 14,9 km/h sur le plat (pas si mal en fait)
J'entends 4ème mixte. Ah mince ! Trois équipes mixtes nous ont doublé dans cette dernière nage...

Nous finissons 18ème (4ème mixte) en 1h52min22s à 3min36s de la première place mixte. Sur cette dernière nage, nous avons perdu plus de 5min sur la première équipe mixte et 10 places au scratch...

Nous avons bien apprécié ce swimrun, surtout de pouvoir le partager ensemble relié par le tire-minette. Il est vrai que pendant les nages je me disais parfois : "Pourquoi ne faisons nous pas tout simplement de la course à pieds?". Peut être simplement parce que ce n'est pas aussi fun que le swimrun !

C'est le chrono du M pas le notre

C'est le chrono du M pas le notre

Pas nous

Pas nous

A l'arrivée, nous avons beaucoup discuté avec le binôme mixte numéro 15. Habituellement, ils doublent en run et se font doubler en swim mais pas aujourd'hui. Dans la dernière nage, bien qu'ils nous doublent, ils se font également doubler et finissent donc 2ème mixte.

Le mec me dit qu'il nage facilement en 1min15 au 100m sur un 400m. Et qu'avec les plaquettes et pull-boy, il est en dessous de la minute ! OK, moi je suis en 1min50 au 100m, la différence de vitesse dans l'eau était donc bien énorme !

Pas nous ! Attends je suis pas prêt !!!

Pas nous ! Attends je suis pas prêt !!!

Shrek raconte :

Nous arrivons le samedi matin, et après avoir découvert notre studio pour le week-end à 5 min du port, allons déjeuner au soleil en terrasse. Puis nous faisons une toute petite sortie en mer pour tester la longueur de la corde. Après quelques mètres on la rallonge un peu car je touche les baskets de Tom. On teste aussi les sorties d'eau, et on se rend compte que des cailloux rentrent dans nos chaussures, mais nous avons essayer sans nos chaussettes. J'ai aussi un peu peur d’être gênée par mon ongle d'orteil qui me fait mal par moment. Il fait super beau et chaud, du coup j'hésite à couper ma combinaison, puis finalement je prends la décision de la laisser longue. 

Dimanche matin, nous sommes prêts! Nous optons pour ne pas prendre nos flasques d'eau, mais nous mettons 2 gels énergétiques dans nos poches internes de combis. Ils y resteront jusqu'à l'arrivée! Nous savons que le parcours ne va pas nous aider, car la dernière portion de natation est la plus longue de toutes (600m), et suivie d'une portion course à pied relativement courte (1200m). On sait que l'on va se faire doubler en natation et qu'il sera très difficile de rattraper notre retard. De plus Tom a fait très peu de course à pied durant ces dernières semaines (2 sorties de 3km au mieux!). Donc on y va pour se faire plaisir, en se disant qu'on ne fera pas de podium cette fois ci! Seul objectif : finir en moins de 2 heures.

Mais malgré tout, au départ, l'ambiance est bonne, il y a de la musique, on se place très proche de l'arche de départ. Une équipe mixte (la numéro 15) se place à nos cotés, ils sont encordés également dès le début comme nous.Tom part très vite (comme à chaque fois!), on est encordé, donc je suis obligée de galoper derrière! Je regarde rapidement ma montre, notre allure est de 3:55 min au km, soit très rapide comme départ! Nous longeons le port, puis passons rapidement dans le village de Beaulieu, doublons une équipe de filles sur le 2ème port. Puis après avoir longé une plage, nous arrivons 3ème équipe tout confondu à la 1ère portion de nage après 1800 m de course.

Swim 1 : très agréable, l'eau est bonne (j'avais vraiment super chaud en courant vite sans être mouillée dans ma combi longue), super claire, on nage très près des plantes au fond de l'eau, le paysage défile à une relativement bonne allure, je suis contente!

Run 2: tout se passe bien, on prend quand même le temps de boire de l'eau au ravito. Quand je me place aux cotés de Tom pour courir, il me dit que psychologiquement, il préfère que je reste derrière, je reste donc sagement dans son sillage et le laisse mener à sa cadence. Je me dis que c'est dommage qu'il faille nager car je me sens très bien en course à pied! Nous longeons le port de St Jean Cap Ferrat, puis nous rejoignons la mer pour le 2ème swim qui se passe bien également. Je me casse la figure à la sortie sur la plage, Tom continue d'avancer coûte que coûté sans se rendre compte qu'il essaye de me traîner dans les petits cailloux! Je me relève vite fait.

C'est parti pour le 3ème run, très rapide car seulement 600mètres. Nous doublons l'équipe mixte 15 qui nous a doublé en natation. Nous devons sauter dans l'eau pour la 3ème portion swim, l'eau n'est pas très profonde à cet endroit là.

La 4ème portion de course est la plus longue, 3450m. Nous ouvrons nos combis, Tom me demande de prendre les devants mais très vite préfère être de nouveau en tête. Devant nous se profile l'équipe 15. Je dis à Tom que cette équipe sera dure à battre. Tom accélère alors pour les doubler et ne ralentira pas! Un gars vient à nos cotés et nous dit que nous courons vite, que visiblement ce n'est pas la natation notre point fort! Il nous dit qu'il estime notre vitesse à 14km/h, puis nous le distançons car il attend son coéquipier moins rapide que lui.

Cette portion de course est très agréable, nous longeons la mer dans un chemin côtier, au début dans des pierres, puis dans des sentiers. C'est magnifique. A cet endroit de la course, les équipes du swimrun M sont avec nous, il y a du monde, et nous doublons beaucoup d'équipes des 2 distances engagés.

Nous sautons dans l'eau pour la 4ème portion de natation, il y a beaucoup de houles, et beaucoup de nageurs! C'est un peu la lutte, on se fait doubler dans tous les sens, et pas mal brasser par la mer! Après 350m de lutte aquatique, la sortie d'eau est difficile. Il faut monter sur des cailloux, mais avec les vagues on ne les voit pas, et la houle nous ramène en arrière. Tom tombe sur le coté, il met 2-3 secondes à réagir et à repartir. Heureusement rien qui l’empêche de reprendre son rythme pour le 5ème run.

Les sorties d'eau sont parfois en escaliers, Tom est tout de suite très rapide dans les escaliers et repart en courant, quand la plupart des participants montent moins vite, voir en marchant. Moi je suis pas mal essoufflée en montant mais j'essaye de garder le même rythme que Tom. Par contre je lui demande de ralentir dans les descentes car je me sens moins agile et j'ai peur d'avoir mal aux mollets. Je gère la longueur de notre corde en courant. 

Pendant le 5ème swim, on a bien avancé! J'ai même cru que plus ça allait et plus je savais nager! Haha! Par contre ma ceinture se détend et mon bras gauche passe très souvent au dessus de la corde. Pas trop grave pour le moment. Par contre je suis obligée de tenir un peu ma ceinture en courant car elle glisse de mes hanches.

Au début du 6ème run, on double l'équipe 15 dans une montée sur le bitume, Tom leur dit "bon, ben à tout à l'heure dans l'eau!" Je peine un peu dans cette montée, l'équipe 15 nous dira par la suite qu'ils ont essayé de s'accrocher sans y parvenir! Petite frayeur car on a cru que l'on s'était trompé de chemin, on voyait les autres équipes en contre-bas alors que nous étions sur un trottoir en hauteur, puis le chemin redescendait vers la mer.

C'est parti pour le 6ème swim, le plus long 600m. Tom part trop vers la gauche, on se fait héler par une autre équipe et Tom comprend qu'il faut aller chercher une bouée vers la droite. Je sais que cette portion sera longue, je mets mon cerveau en off et me concentre sur mon mouvement de bras "1-2-1-2". Mais mon bras gauche passe très souvent par dessus la longe, je suis obligée d’arrêter mon mouvement pour remettre la corde. J'hésite même à me décrocher, mais je sens bien que je n'avancerais plus du tout. Et en plus je suis nulle en orientation, il vaut mieux remettre la corde régulièrement dans l'axe. Cette portion est vraiment longue en temps... Après le passage de la 2ème bouée, un kayakiste nous encourage, j'en ai tellement marre que je lui tape la causette pendant que Tom me tracte! "On sort ou? C'est encore loin?" Le kayakiste nous encourage et me dit encore 80m...Je commence à avoir froid dans l'eau, étrange car la mer est vraiment bonne et je suis en combi longue.

Après un temps estimé de 2h30 dans l'eau, voila enfin la dernière portion de course à pied. Un gars qui est sorti avant nous encourage son coéquipier "Allez allez", puis il sourit en nous laissant passer dans l'escalier en disant "ah c'est la fille qui court à 14km/h, on est fichu!". C'était marrant!

Tom me dit dès le début qu'il ne peut plus courir vite, qu'il a peur d'avoir des crampes. Moi j'ai mal aux mollets mais je sens que je peux accélérer. J'essaye de l'encourager, et je cours à ses cotés. Il me demande de rester derrière, j’obtempère quelques mètres puis revient à ses cotés. Nous courons sur le port, mais nous sommes seuls, personne derrière et surtout personne devant nous à rattraper, donc nous ne nous mettons pas trop la pression, j'ai peur de trop pousser Tom à accélérer et qu'une crampe l'oblige à s’arrêter. Une bénévole nous encourage, je pense que nous sommes 2ème mixte car je n'ai aucun doute sur le fait que l'équipe 15 nous ait rattrapé, mais je suis étonnée que personne ne nous le fasse savoir. Nous devons faire un aller retour sur une portion du port, et je vois une équipe mixte (qui n'est pas la 15), mais trop loin devant nous, impossible de les rattraper. Tom accélère à un moment mais quand il comprend qu'il part en chasse d'une équipe masculine, reprend son rythme. Nous croisons une équipe masculine qui est derrière nous sur cette portion et entendons qu'ils m'appellent la gazelle. Tom aimerait bien aussi qu'on l'appelle la gazelle !

Nous passons l'arche en 1h52, et nous sommes 4ème mixte. Super contents d'avoir réussi en moins de 2 heures, étonnés de se rendre compte que des équipes mixtes nous aient doublé dans la dernière portion de mer sans que l'on s'en rende compte, mais tellement contents malgré tout! On savait que cette dernière portion de natation nous serait fatale, nous nous sommes bien battus tout le long du parcours pour faire un podium (voire 1er ou 2ème), mais la réalité de notre niveau de nage nous a rattrapé, mais qu'importe!! Je suis très contente de cette place, et surmotivée d'apprendre à mieux nager!! C'était grisant comme parcours et comme course! Et les paysages étaient splendides le long de la mer!

On va se rincer dans la mer, je demande à Tom si l'eau est bonne! J'ai oublié que j'y avais passé presque 1 heure! Mais en course, je ne me suis même pas posé au sujet de la température de l'eau !

Le ravitaillement d'arrivée est superbe! Beaucoup de choix, nous nous retrouvons en face du couple 15 qui finit 2ème, c'est très sympa de discuter avec eux! Nous retrouvons également avec grand plaisir Géraldine et Cyril, qui nous avaient donné beaucoup de très bons conseils lors du swimrun off du Jura! Nous étions ravis de leur faire savoir que leurs conseils nous ont été très utiles. 

Excellent souvenir de cette journée et de cette épreuve!

 

Voir les commentaires

Saison 2017, Course 7 : Superenduro en Italie

27 Octobre 2017, 12:45pm

Publié par tcaboc34

A Santa Margherita avait lieu la finale de la coupe d'Italie d'enduro
Portofino Superenduro
233 inscrits, 200 riders à l'arrivée

En Italie, l'enduro se rapproche plus de la descente qu'en France. En effet, les courses du dimanche sont précédées le samedi par des entraînements organisés sur les spéciales de la course. Des navettes payantes sont proposées pour remonter sans effort au départ des spéciales. Ceux qui étaient avec moi le dimanche avaient par exemple effectués 3 fois chaque spéciale...

Mon entraînement du samedi a également été précisément organisé :
- Voyage en famille jusqu'à Santa Margherita avec le scudo
- Récupération des clefs de l'appartement
- Pizza
- Gelateria
- Plage
- Récupération de ma plaque 136 (non sans difficulté...)

En effet, bien que je sois licencié avec un numéro UCI, les organisateurs me demandent une autorisation écrite de ma fédération (FFC) pour participer à la course... Pourquoi la FFC ne voudrait-elle pas que je participe à une course en Italie alors qu'elle me délivre une licence avec un numéro UCI ?
J'essaie de ne pas m'énerver mais je me retrouve malgré tout à payer 15€ une licence à la journée italienne. Il vaut mieux ça que d'être disqualifié pour avoir mis la table en plastica en guise de collier à l'arbitro !

Dimanche matin est là !
Au départ de la première longue liaison, je constate que je suis encadré d'anglais, allemands et suisses. Ils ont placé tous les étrangers ensembles. Pendant la remonté ça parle un peu dans toutes les langues. Enfin moi j'écoute toutes les langues (sans comprendre) puis je parle un peu anglais.
Avant même le départ, je comprends que celui qui part derrière moi est très fort et que ceux de devant sont probablement moins rapides. Le contraire aurait été plus pratique.

Spéciale 1 :
Les anglais me décrivent un peu la spéciale. Comprendre la description d'une spéciale dans sa langue c'est pas simple alors là je n'en tire pas grand chose.
Mon départ n'est pas très bon, je ne suis pas très à l'aise sur le vélo, je roule trop doucement, le vélo me semble super raide... Première épingle, je ne suis pas sur la bonne trajectoire non repérée la veille et je sors tout droit, pile entre deux spectateurs. Je remonte sur la piste, je repars mais je suis toujours assez lent et sors souvent trop large. Je ne suis pas assez actif sur le vélo pour rouler correctement. Je laisse passer le Suisse qui m'a déjà rattrapé 20s. Je roule un peu mieux sur la deuxième partie.

Classement : 109ème en 6min45 (+30% très mauvais)

Saison 2017, Course 7 : Superenduro en Italie

Spéciale 2 :
Le suisse (Urs) m'explique qu'il y a une longue partie avec beaucoup de gros cailloux sur laquelle le choix de la bonne ligne est important. Il me fait comprendre que si je suis derrière lui, il faut que je choisisse ses lignes.
Je roule cette fois bien mieux au début, actif, fluide, décontracté. Je roule comme je sais le faire parfois en 2017. J'arrive au début du "roc garden", je m'en sors pas trop mal mais je prends souvent de mauvaises lignes qui m'obligent à ralentir fortement. Puis le suisse arrive, je me pousse mais retombe sur une mauvaise trajectoire, je ne parviens pas à reprendre la bonne. Quand je suis enfin dessus, je rattrape l'anglais, je le double péniblement en passant une nouvelle fois par la passage le plus compliqué.
Bref, j'ai mieux roulé mais rarement ou il fallait !

Classement : 121ème en 7min55 (+33% très mauvais)

Spéciale 3 :
Le suisse tente de m'expliquer un passage important sur lequel il faut absolument être à l'intérieur du virage sinon c'est l'arrêt obligatoire pour le virage d'après ! J'ai bien compris... Sauf le lieu de ce virage !
La spéciale est géniale, beaucoup de pente, beaucoup de virages et un peu de vitesse.
Je pars très bien, je suis à l'aise sur le vélo et je ne me pose pas de question : je prends tous les virages à l'intérieur même si parfois c'est une perte de vitesse et de temps. Je m'éclate bien sur cette spéciale, je reconnais le virage décrit par Urs que je prends à l'intérieur comme tous les autres ! Je suis très satisfait arrivé en bas. Impossible pour moi d'aller plus vite sans connaître la spéciale. J'ai d'ailleurs rattrapé l'allemand et l'anglais et n'ai pas vu le suisse.

Classement : 92ème en 3min37 (+27% intéressant)
Je constate l'importance de connaître les spéciales par ce +27%. Les tops pilotes italiens sont un peu moins rapides que les top français. En roulant comme je l'ai fait ici, je pense qu'en France j'aurais été entre +15% et +20%. J'en déduis que l'on gagne bien 10% de vitesse en connaissant les spéciales.

a l'intérieur coûte que coûte !

a l'intérieur coûte que coûte !

Spéciale 4 :
Urs et les anglais me disent que cette spéciale va vite. Cool je préfère ça au roc garden !
Je pars bien ! Une nouvelle fois je suis satisfait de réussir à bien rouler sur une spéciale inconnue. Je commence à réussir à rouler en course avec la même aisance qu'à l'entraînement.
J'adore la piste et prends beaucoup de vitesse dès qu'il est possible de voir devant. Il y a malheureusement certains passages à l'aveugle, genre gros tremplin sans visibilité, sur lesquels je freine pour rien, au désespoir des spectateurs voulant me voir sauter comme les autres...

Ah tiens ! Les spectateurs en Italie ! Ils sont très bien une fois qu'on a compris que leurs gestes et leurs hurlements étaient une façon d'encourager ! A plusieurs reprises en voyant certains me crier dessus en gesticulant, je pensais qu'ils essayaient de me prévenir d'un problème. Est ce que j'ai arraché une rubalise ? Est ce qu'il y a un rider derrière moi que je bouchonne ? Est ce qu'il y a un blessé sur lequel je ne dois pas rouler quelques mètres plus bas ?
Ils hurlent certainement comme les français des trucs du genre : "A droite après l'arbre, reste à gauche !!" Mais ils font aussi un geste avec le bras de haut en bas qui pour un français peut être perçu pour un :"On te hurle dessus en italien pour te dire de t'arrêter connard!!"

Au 2/3 de la spéciale c'est presque le bouchon, l'allemand a rattrapé l'anglais, j'ai rattrapé l'allemand et le suisse me rattrape. Une bonne entente européenne nous a permis de nous remettre dans l'ordre de niveau, même si j'ai du un peu forcer le passage avec l'allemand. J'ai passé l'allemand juste derrière le suisse, mais l'allemand était revenu sur la trajectoire, il m'a fallu passer en hors piste avec un petit bisou de coude au passage.

Classement : 92ème en 5min39 (+23% un peu mieux)

Saison 2017, Course 7 : Superenduro en Italie

Spéciale 5 :
Spéciale très courte avec des petits virages en centre ville. Urs me prévient que les pavés glissent un peu.
Je pédale fort au démarrage, je rentre dans le premier virage à droite à 45km/h! Je le passe bien mais je sors large! Que vois-je ? Une épingle à gauche ! Je suis très mal placé. Je freine fort, fais glisser l'arrière pour commencer à tourner. A ce moment, je me dis que je m'en sors bien, je suis au milieu du virage, je lâche doucement le frein arrière en maintenant un peu de pression sur l'avant pour éviter que l'arrière ne raccroche trop brutalement et ZIP !!! L'avant glisse et je me retrouve à sauter sur mon pied gauche à 20km/h pour ne pas m'étaler au sol. Ma séance de cloche pied terminée, je repars et arrive dans ces fameux petits virages. Mais surprise, il y a pleins de marches, cette info m'avait échappée. J'entends alors des supportrices françaises en délire hurler "Allez papa!". Puis j'arrive quelques mètres plus loin.

Classement : 113ème en 52s (+33%)

Classement général : 109ème en 24min50 (+28%)

44km effectués avec 1700m de dénivelé positif et négatif

Le classement et le temps ne sont pas terribles mais je suis très satisfait de cette journée et de ma façon de rouler sur ces spéciales pas si simples à rouler à vue.

Les photos ne sont pas de bonnes qualités car je ne désirais pas les payer en raison de leur prix trop élevé à mon goût. 

Voir les commentaires

1 2 > >>