Des poireaux font du sport !

2018, Enduro de Megève, MB Enduro : Repère ou Freine !

22 Juillet 2018, 20:13pm

Publié par tcaboc34

Enduro de Megève
8 juillet 2018
240 riders

Nous sommes arrivés en famille le samedi. Des petits tours de luges à roulettes, des glaces, les filles vont à l’hôtel, moi dans ma camionnette puis c'est déjà dimanche matin.

Je retrouve Hugo. Nous n'avons repéré les spéciales la veille... A Megève, les spéciales sont rapides car faciles mais avec assez peu de visibilité. Bref, on aurait du repérer les spéciales la veille puisque tout était tracé et que les remontées fonctionnaient.

Spéciale 1 :
je roule bien mais j'ai du mal à anticiper. Je tombe à un freinage, glisse bien plus bas que mon vélo, remonte et repars.

3min53   124ème   (+16%)

Hugo tombe aussi
3min39 47ème

Spéciale 2 :
Spéciale assez longue que j'ai appréciée.

9min55   46ème   (+11% bien!)

Hugo retombe et abandonne

Mont Blanc

Mont Blanc

Spéciale 3 :
Spéciale assez courte, plus pentue, plus technique. Je l'ai appréciée mais j'ai fait une grosse faute sur le bas (erreur dans l'anticipation d'un virage) qui m'a fait perdre beaucoup de temps...

2min53   102ème   (+19%)

2018, Enduro de Megève, MB Enduro : Repère ou Freine !

Spéciale 4 :
Spéciale assez longue avec des portions très rapides. Je roule bien, assez fluide, mais dans le dernier tiers j'analyse mal un virage. J'arrive très vite par un sentier sans difficulté, je freine pour un virage à droite avec un appui, le virage se referme, l'appui disparaît, je percute un arbre qui me stoppe. Je finis la spéciale doucement puis je décide de ne pas faire la dernière spéciale en raison d'une épaule douloureuse.

7min50   84ème   (+20%)

Je me souviendrai qu'à Megève il est préférable de repérer et également que l'attente avant chaque spéciale est de + de 30min... Heureusement qu'il faisait beau.

Voir les commentaires

2018, Triathlon Nature du Valbonnais : Les petits tracas ne sont pas un souci !

4 Juillet 2018, 21:05pm

Publié par Flo et Tom

Cross triathlon du Valbonnais
Dimanche 1 juillet 2018
750 m natation ; 21km VTT 500m D+ ; 6 km CAP 100m D+
280 au départ (56 femmes, 224 hommes)

Flo raconte :

Nous partons après la fête de l'école samedi en fin de matinée, direction le camping du plan d'eau, à Valbonnais, où se déroulera le crosstriahlon. Le camping est très mignon! Ombragé, près d'un petit ruisseau, et l'ambiance y est très conviviale! Julia se précipite pour jouer dans le ruisseau, tandis que Thaïs adore jouer dans la tente. Une femme, Christine, répond à notre petite annonce pour garder nos louloutes le jour de l'épreuve. Elle même à un fils de 2 ans et son mari fait la Valbo le lendemain. Elle est super gentille, les filles l'ont adoré! 

2018, Triathlon Nature du Valbonnais : Les petits tracas ne sont pas un souci !
2018, Triathlon Nature du Valbonnais : Les petits tracas ne sont pas un souci !
2018, Triathlon Nature du Valbonnais : Les petits tracas ne sont pas un souci !

Le départ est donné à 10 heures. Lors du briefing, Tom se place juste au bord de l'eau, et moi je suis juste derrière. Le départ est donné, Tom s'élance, je pars derrière... et je comprends assez rapidement le terme de machine à laver qu’évoque certains triathlètes au départ de la natation!!! Il y a beaucoup de monde, c'est difficile de se concentrer sur la nage. Le parcours est simple, une boucle de 360 mètres avec 3 bouées à contourner, une sortie à l'australienne, et re plongeon dans l'eau pour la 2ème boucle.

Lors de cette 2ème boucle, il est plus facile de nager, je rattrape même certains nageurs, ça ne m'est pas arrivé souvent!

2018, Triathlon Nature du Valbonnais : Les petits tracas ne sont pas un souci !
Nous sommes hors cadre à gauche de la photo

Nous sommes hors cadre à gauche de la photo

2018, Triathlon Nature du Valbonnais : Les petits tracas ne sont pas un souci !

1ère transition assez lente, je m'assieds pour mettre mes chaussettes, je ne suis pas très rapide! A la sortie du parc à vélo, en 17'22 (76ème), je continue de courir dans l'herbe en légère ascension puis monte sur le vélo. Le début du parcours est roulant, je roule bien dans les montées, je double pas mal, et puis je me fais atomiser dans les descentes. On se croise avec certains concurrents, je double des filles en montées, qui me repassent dans les descentes. Le parcours est magnifique, j'ai adoré!!! Je craignais de ne pas trop m'amuser en VTT, et c'est tout le contraire, j'ai pris beaucoup de plaisir! Je descendais de vélo lors des parties techniques, mais j'ai trouvé le parcours très accessible. Et je suis contente que Tom m'ait fait un vélo aux petits oignons! Pas un seul problème lors du passage des vitesses, le vélo était confortable et safe. Merci Tom pour cette préparation minutieuse!! Je ressens néanmoins la fatigue vers la fin du parcours... J'ai hâte d'arriver!

Flo devant (hors trajectoire...)

Flo devant (hors trajectoire...)

Enfin je reconnais la fin du parcours et j’aperçois des coureurs sur le parcours course à pied. J'en profite pour manger mon gel et boire un coup. Pas facile de s'hydrater sur le parcours VTT! Je croise Christine et les filles sur le bord du chemin, je suis contente de les avoir vues!

Je m'imagine que Tom est déjà presque arrivé... Et en effet, lorsque j'arrive dans le parc à vélo, j'entends que le 3ème vient d'arriver, mais je n'entends pas le prénom de Tom.

Je pose mon casque et mon vélo, (1h27, 127ème temps vélo) et repars en courant.  Je double du monde, mais la 1ère partie course à pied, en plein cagnard sur la partie goudronnée, est difficile pour les jambes. Puis nous passons en chemin, l'ombre s'invite sur le parcours, les bénévoles nous arrosent et ça fait beaucoup de bien! Un me dira de tourner à droite, NON l'autre droite!!!! Arg, je fais demi tour en souriant! C'est reparti, je me sens nettement mieux, notamment quand le chemin remonte, je sens que mes jambes répondent un peu mieux qu'au départ. 

Au 2ème ravitaillement d'eau, le speaker nous demande de nous arrêter pour boire, je continue car je ne souhaite pas m’arrêter, il me barre carrément la route en mettant son bras devant mon ventre, mais comme je continue, il me gueule dessus "C'est n'importe quoi, il n'y a rien a gagné!!"! Ba, je fais quand même ce que je veux, non?!? Tant pis pour moi si je ne finis pas ma course pour déshydratation, mais pour l'instant je me sens très bien! 

Le chemin redescend, ça va vite, des bénévoles tentent de m'asperger au 3ème ravito, mais c'est loupé pour cette fois ci! Je prends un verre d'eau au passage mais manque de m’étrangler avec. 

Je double beaucoup de monde, dont quelques femmes, c'est grisant de remonter quelques places! Je reconnais la fin du parcours, et au bord du lac, Tom est là avec les filles et Christine. Julia court devant moi, puis je la rattrape et lui attrape la main pour courir avec elle. Puis je la lâche, et continue en lui disant de me suivre. Je m’arrête cependant à quelques mètres de l'arrivée, puis me rends compte que l'arche est quelques mètres plus loin! Flûte, je repars jusqu'à la ligne cette fois, en 25'09 (4ème temps CAP scratch!) et attends ma louloute qui me rejoins en courant. 

Je finis 4ème femme, 71ème scratch. J'ai adoré ce triathlon!!!! Parcours magnifique, cadre splendide, ambiance géniale!!! Je rejoins Tom et Thaïs, avec Julia. Les filles sont ravies d'avoir été avec Christine, qu'elles ont beaucoup aimé. Je la remercie car c'est grâce à elle que j'ai pu faire ce magnifique parcours, et j'en suis ravie! Tom m'annonce qu'il est 5ème!!!!! Je suis super fière de lui!!!! Bravo Tom!!!

 

Briefing des 5-9ans

Briefing des 5-9ans

L'après midi, c'est au tour de Julia de se préparer pour son 1er crosstriathlon. Nous avons préférer lui mettre une frite autour de la taille pour la sécuriser. Et ça marche mieux que la veille, elle avance correctement dans l'eau lorsqu'elle essaye de nager avant son départ. Elle installe seule son vélo dans le parc, une femme l'aide, mais met son vélo à l'envers, et la lanière fermée coincée dans le casque. Nous pensions que Tom serait à ses cotés dans le parc à vélo, mais finalement il n'y avait pas de parents dans le parc pendant la course. 

Julia est très excitée de voir les autres enfants plus grands faire leur triathlon, puis c'est son tour, et elle fait moins la maligne!

Dans l'eau, elle s'élance cependant là où elle n'a pas pied, avance tranquillement en nageant! Je suis fière d'elle!!!!! Nous lui avions dit qu'elle pourrait courir sur le bord où elle avait pied, mais elle a préféré nager! Elle sort en courant, perd du temps à retrouver son vélo avant de repartir. La vitesse de son vélo est un peu trop grande pour son départ en montée dans l'herbe. Puis elle revient, pose son vélo et casque, et repars très vite en courant! Elle nous a beaucoup impressionné par sa vitesse en début de course! On voit sur la fin de son parcours qu'elle fatigue, elle continue de courir en tapant dans les mains des spectateurs, et franchit la ligne! A l'arrivée, comme les grands, les enfants ont le droit au ravitaillement, et à leur médaille! Julia était ravie, et nous sommes fièrs d'elle!!

sortie d'eau

sortie d'eau

vélo (photo sans Julia)

vélo (photo sans Julia)

CAP (photos sans Julia)

CAP (photos sans Julia)

les + grands (9-11ans)

les + grands (9-11ans)

Tom raconte :

Nous voici au départ de ce cross triathlon à l'ambiance sympathique. Le matin un cross triathlon M pour nous, l'après midi un mini cross triathlon familiale pour ceux qui veulent découvrir.
On sent au départ que l'idée ici n'est pas de venir chercher une qualification olympique.

Au départ de la natation, je suis un des premiers à plonger à l'eau. Je me suis même demandé si je n'avais pas involontairement grillé le départ... Je ne reste évidemment pas longtemps devant. Après le premier tour du lac, on ressort, j'ai trouvé ça très sympa. Puis on replonge. Lors du deuxième tour, je gagne quelques places. Enfin, la deuxième sortie est la bonne, on a le droit de rejoindre le VTT.

Ma transition n'est pas très rapide... Combinaison enlevée, casque et lunettes enfilés, reste les chaussures. Mes chaussures de VTT ne peuvent pas se chausser sur le vélo, alors je les mets pendant la transition. Je repars mais où ? Je pars à gauche jusqu'à un arbitre : "C'est où la sortie?", il me répond lentement "C'est de l'autre côté!" donc à droite... J'arrive enfin à sortir du parc. Je suis alors 18ème (en 14'06").

2018, Triathlon Nature du Valbonnais : Les petits tracas ne sont pas un souci !
2018, Triathlon Nature du Valbonnais : Les petits tracas ne sont pas un souci !

Je suis sur le VTT prêté par Eric, un ami-collègue-voisin.
Dans les herbes hautes nous commençons. Mince, j'ai encore mes bouchons d'oreilles, je les enlève et les place dans le maillot de bain, au niveau des cuisses. Un VTT semi-rigide en maillot de bain c'est déjà assez traumatisant pour ce qu'il y a dans le calbut, pas besoin d'y ajouter du plastoc !
Ensuite sur un chemin vallonné, j'entends clic-clic-clic-clic sur certaines vitesses. J'ai pourtant adapté le vélo à mes préférences (frein avant à droite, purge, cintre plus bas) et tout allait bien dans le lotissement !
Je demande au rider derrière moi, c'est quoi ce bruit ? Il me répond :"T'inquiète pas c'est le bout du câble de dérailleur qui tape les rayons!". OK ce n'est pas grave, mais je ne suis pas venu ici pour jouer à faire le bruit d'une moto comme le font les gosses avec une pince à linge et une carte bleue (oui près de Genève ils font ça avec des cartes bleues !)
Ce sont les herbes hautes du début qui ont déplacé ce bout de câble... Soit je m'arrête, mais j'ai horreur de ça, soit je me passe (ou presque) des trois plus petits pignons. Je choisis la deuxième solution, celle qui ne fait pas ressentir une perte de temps.

Je remonte des places, je bois un coup. Mince ! J'ai paumé un bidon dans une descente. Il m'en reste un, 500 mL qu'il faudra gérer. Heureusement j'avais déjà bu une bonne gorgée dans le lac.
Le récit du VTT serait très long si je raconte tout. Pour résumer, je remonte lorsque le sol n'est pas trop accidenté et lorsque ça descend. Je perds du temps lorsqu'il faut pédaler sur terrain très accidenté. Un semi-rigide en 26 pouces c'est génial, mais quand ça brasse l'avantage du 29 pouces est évident.

Le serrage micrométrique de ma chaussure qui tient depuis plus de 10 ans décide de me lâcher aujourd'hui. Il faudra faire le dernier tiers du VTT avec un pied droit qui se promène dans la chaussure. J'ai la gnac sur la fin du parcours, j'attaque un peu plus dans les descentes et remonte bien. Dans la dernière ligne droite d'environ 1km je sens que ça bouge à l'arrière du vélo. Axe déserré ? Pneu crevé ? C'est le pneu crevé ! Je roule fort pour arriver à temps et prends les derniers virage sans déjanter ! Le speaker annonce que c'est la bagarre pour être dans les 10 premiers.

La deuxième transition se passe bien et vite. Je ressors 8ème du parc (9ème temps vélo en 1h08'22"). Mais maintenant il faut courir !

Je ne me sens pas très bien au début de la course à pied. Il faut dire que je n'ai pas couru depuis le 20 mai... Je suis lent sur ce premier kilomètre goudronné. Il faut dire aussi que je mange un gel en courant.
Puis j'entre dans la forêt, ça monte, je visualise le 7ème. Il me prend l'envie de le rattraper. Je le rattrape dans la côte puis le double sur le plat en lui disant "Allez mec, on va chercher celui de devant, je suis sur qu'il craque!". Il me répond "J'en ai pas le courage!". J'y vais alors tout seul.

Je le rattrape avant la descente. En VTT j'adore, à pieds avec mes genoux et mes minimalistes, je n'aime pas. Il me distance... Arrivé sur le plat, j'ai les nerfs, je n'ai pas apprécié me faire déposer dans une descente, je veux le doubler. Je remonte puis le double mais il reste derrière moi. Je ne veux pas sprinter à la fin, j'en remets une couche et réussi enfin à le décrocher.
Je vois le 5ème, il semble loin mais lent. Je le passe 500m avant l'arrivée, mais j'entends pleins de supporters hurler "Aller Romain! Le rouge, il n'est pas loin!". Je me retourne et vois un coureur très rapide me remonter dessus. On aurait dit Gab au sprint. Je donne alors tout ce que j'ai pour que ce jeune rascal reste derrière. Tout le monde l'encourage ! C'est le maire du village ou quoi ? Je m'aperçois que je trouve des ressources dans l'adversité qui me permettent de rester devant pour 5 secondes. (11ème temps CAP en 26'14")

Je termine donc très satisfait mon premier crosstriathlon 5ème en 1h48'41".

Voir les commentaires